Luth médiéval

Ces luths sont réalisés d’après l’iconographie d’époque, en l’absence d’instruments originaux.
Ils sont destinés à être joués au plectre ou combiné avec les doigts.

Luth médiéval 14e-15e siècle, d’après Sassetta

Vierge à l’Enfant avec six anges (entre 1437 et 1444),  Stefano di Giovanni dit « Il Sassetta » (Musée du Louvre, Paris).

Diapason de 60 cm, 4 chœurs, 9 côtes (érable ondé ou bois fruitiers), sans filets. Manche massif suivant la courbe de la caisse. Rosace centrale sculptée dans la table, selon les motifs gothiques du tableau.

Luth médiéval tardif, d’après Gerard David, vers 1480

Triptyque de la Famille Sedano (Musée du Louvre, Paris) et Virgin and Child with four angels (Metropolitan Museum of Art), redessiné par D. Van Edwards.

Diapason de 58 cm, 5 chœurs, 9 côtes (érable ondé ou bois fruitiers), sans filets. Manche massif suivant la courbe de la caisse. Deux rosaces rapportées en bois et parchemin, une petite en forme de vitrail gothique, et une grande rosace à deux étages.

David Coulon back 1 bisDavid Coulon end view 2 bisDavid Coulon detail 3 bis