Acte II

Livre de V. Capirola, début du 16e s.

Vers 1500, l’apparition de la polyphonie pousse les luthistes à abandonner le jeu au plectre, pour pincer les cordes avec les doigts et réaliser ainsi plusieurs voix simultanées. On commence également à noter la musique instrumentale, sous forme de tablatures, qui bénéficient de l’invention récente de l’imprimerie.

Portrait miniature d’Elizabeth I, c.1580

De nouvelles formes de luths de tailles variées apparaissent (du soprano à la grande basse) pour jouer en ensemble, avec addition d’un 6e chœur . C’est l’instrument le plus apprécié à l’époque de la Renaissance, qu’on associe à la lyre des Grecs antiques. Au courant du XVIe siècle, on va progressivement ajouter des basses  sur les instruments, jusqu’à 10 chœurs, notamment en Angleterre. En Espagne, le luth est quasi-inexistant, où on préfère la vihuela da mano, à fond plat et forme échancrée, avec le même accord que le luth.

Suite …